Le Nord, terre de pirates !

août 15, 2013

Ces derniers temps, les pirates semblent à la mode. On trouve le pire (One Piece), comme le meilleur, avec Long John Silver ou Barracuda. Cette série, scénarisée par ce vieux moup de mer de Dufaux, est dessinée par un moussaillon au talent fou,  Jérémy. C’est sa première BD, et pourtant, il a déjà la maîtrise d’un capitaine au long cours !

L’histoire compte les aventures douloureuses de Raffy, fils et digne héritier du pirate Blackdog, Maria del Scuebo, fille de Grand d’Espagne et Emilio, son garçon de compagnie obligé pour survivre de se travestir, dans le port de Puerto Blanco, dans les Caraïbes. Oui, une des singularités de cette série de pirates est qu’elle se déroule essentiellement… sur terre. La mer est représentée par le Barracuda, le navire de Blackdog parti à la recherche d’une chimère (le diamant du Kashar), et dont la présence devient presqu’aussi fantomatique que Le Hollandais volant.

Barracuda tome 1

Emilia

C’est près de Lille, au festival de Lyz-lez-Lannois que j’ai pour la première fois rencontré pour la première fois Jérémy. Presqu’une journée d’attente, mais le résultat, vous en conviendrez, en valait la chandelle, et pas seulement, puisque ce fut un beau moment de rigolade tournant autour d’un de mes chanteurs fétiches : Georges Brassens.

Barracuda tome 2

Emilia (2)

La seconde dédicace est elle, issue d’un coup de chance, et je dois remercier ici mon amie Cathy, qui avant mon arrivée au salon de Fort Mardyck, avait glissé mon nom dans l’urne du tirage au sort. Et donc, mon nom est sorti ! C’est à peine si j’ai eu besoin de lui présenter ma carte d’identité : il m’a tout de suite reconnu ! C’était flatteur… A nouveau, je lui ai demandé le personnage d’Emilio (ou Emilia, vu son travestissement), car j’ai un faible pour ces personnages ambigus, chevaliers d’Eon. C’est aussi une des raisons pour lequelles j’aime cette BD : elle n’hésite pas à aborder (c’est le cas de le dire) sans détour la question de l’homosexualité, et plus encore de l’homosexualité masculine, thème finalement encore assez rare.

Merci, Jérémy, pour ton talent, et pour ces deux belles rencontres. J’espère que d’autres viendront, mais je ne me fais pas de souci : le tome 4 ne va pas tarder. Et toi, fidèle lecteur, si tu ne connais pas encore Barracuda, jette-toi sur ces albums, tu ne pourras plus les lâcher avant la dernière page, emporté que tu seras par ce tourbillon d’aventures et de passions. Mais n’est-ce pas ce que l’on attend d’une grande histoire de pirates ??

au festival de Lyz-lez-Lannois

Jérémy

A l’abordage !

août 3, 2013

J’avais rencontré Wu Qing Song et découvert sa BD Shi Xiu à Saint Malo (voir le post « Rencontre à Saint Malo »), et j’étais tombé sous le charme de cette pirate chinoise ayant fait trembles l’Empire du Milieu au tournant du XIXè siècle. Et c’est près une autre cité célèbre pour ses corsaires, Fort-Mardyck près de Dunkerque, que je l’ai revu pour les deux tomes suivants. Mon amie Cathy m’avait invité pour l’occasion, qu’elle en soit ici remerciée.

Shi Xiu 2Shi Xiu, Tome 2

Si la première dédicace réalisée à Saint Malo avait été réalisée au fusain, à Fort-Mardyck, c’est au crayon et au stylo plume qu’il m’a dédicacé les deux albums. Changement de méthode, mais l talent est toujours là, comme vous pouvez vous en rendre compte.

Shi Xiu 3Shi Xiu, tome 3

Deux fois l’héroïne, mais à chaque fois sous un angle différent : si à Saint Malo, j’avais privilégié l’aspect femme fatale, pour le tome 2, j’ai mis en avant la guerrière, et pour le tome 3, la stratège : c’est déguisée en occidentale qu’elle réussit à berner la Royal Navy !

Merci, Wu Qing Song, pour cette nouvelle rencontre, et merci à ta traductrice pour nous avoir permis de discuter. Je la remercie également pour cette photo, prise lors de la dédicace du tome 3 :

4

A bientôt j’espère pour de nouvelles aventures ! Mais nul doute que le destin de Shi Xiu en recèle assez pour une série au long cours !

Wu Qing Song

Wu Qing Song

Souvenir de Lyz lez Lannoy

juillet 14, 2013

J’avais déjà croisé You et Alexine au festival de Buc en 2011, et si à l’époque je ne leur avais pas demandé de dédicaces, le moins qu’on puisse dire est qu’elles avaient mis l’ambiance dans le château, en se la jouant Nekogirls. Elles cherchaient un volontaire pour les prendre en photo avec l’organisateur, je m’étais proposé.

DSCN0242Les Nekogirls de Buc

C’est un peu par hasard que je les ai retrouvées, en Novembre dernier, lors du festival de Lyz lez Lannoy, dans le Nord. Un festival où j’avais beaucoup d’espérance, mais où, Dimanche matin, je n’avais jusqu’alors obtenu qu’une dédicace. Pas la moindre, certes, puisqu’il s’agissait de celle de Jérémy, pour le premier tome de Barracuda et que je savourais d’autant plus qu’elle m’avait valu toute une journée à attendre. Mais Dimanche matin, après un nouvel échec lors d’un tirage au sort, il semblait que ce serait la seule que je ramènerais. Maigre bilan !

Mais j’ai fait une découverte : Bianca, l’album qu’elles ont cosigné pour la série Sorcières de chez Dupuis. L’histoire de ces deux sœurs dans la Venise de la Renaissance, m’a pris. La cadette, Carmine, serait l’héritière d’une longue lignée de sorcières, et son ainée, Bianca, cherche à la protéger de l’influence néfaste de sa famille. J’ai adoré l’album, je l’ai acheté, et j’ai profité de mon Dimanche pour les rencontrer vraiment, cette fois.

C’est Alexine que j’ai rencontré en premier, dans la matinée. Elle qui n’est « que » scénariste a néanmoins agrémenté sa dédicace d’un dessin représentant Carmine. You est arrivée dans l’après-midi, et m’a dessiné à nouveau Carmine, à l’encre et au pinceau, tout en nuance. Du moins, je suppose qu’il s’agit de Carmine, car You a la réputation de ne pas dessiner en dédicace les personnages de ses abums : elle estime qu’ils sont déjà suffisamment présents à l’intérieur. « La thèse est osée, mais comme toute les thèses parfaitement défendable » (Claude Rich, dans Les Tontons flingueurs).

En tout cas, merci les filles, vous avez sauvé ce déplacement d’un naufrage presque complet, et surtout, j’ai découvert deux talents qui j’en suis certain, s’exprimeront à nouveau bientôt.

Alexine & You

Alexine & You

I’m back !

juin 8, 2013

Tatiana K.Pardonnez-moi cette si longue absence, la faute à une déconnexion aussi longue que totale. Je vous avais quitté avec Félix Meynet, je vous retrouve avec lui, sans doute pour une de ses plus belles dédicaces ! Je vous présente donc Tatiana K., ancienne agent des spetsnaz, les redoutables forces d’interventions soviétiques.

Suite à la chute du Mur et à l’effondrement de l’Union Soviétique, elle rejoint un mystérieux groupe œuvrant à la protection de la planète par tous les moyens. Autant dire que ses connaissances et sa maîtrise des explosifs y fera merveille. Elle rencontrera également quelques vieux ennemis du temps de la guerre Froide, avec qui elle n’hésitera pas à régler ses comptes de la manière la plus radicale.

Cette série bourrée d’action n’a duré que trois tomes, Félix s’arrêtant au deuxième. Il lègue une héroïne forte et pulpeuse, une véritable bombe, dans tous les sens du terme. C’est bien entendu elle que je lui ai demandé à l’occasion de notre rencontre au festival de Vigneux-sur-Seine en 2009. J’avais précisé dans son uniforme des spetsnaz, comme vous pouvez le constater, le résultat est allé au-delà de mes espérances ! Merci Félix ! Tu as vogué vers d’autres cieux, vers d’autres héroïnes (j’ai conscience de la contradiction d’une telle métaphore en ce qui te concerne, toi qui vient de Haute-Savoie), mais nous n’oublierons pas Tatiana, qui restera toujours aussi belle que dangereuse…

Dans la neige et le vent…

novembre 2, 2012
en Amédée VIII

Amédée VIII, alias Fanfoué

Mylène Ferveur (?)

Oui, ce fut bel et bien dans ces conditions climatiques que s’est déroulé le premier festival de BD d’Orcier, en Haute-Savoie. Mon objectif était là encore Félix Meynet, qui plus est sur ses terres : outre qu’il habite tout près, il est surtout le créateur d’un personnage emblématique de la Haute-Savoie, Fanfoué des Pnottas. Un papy espiègle comme un chamois, dont les moustaches et la gouaille font craquer les jolies touristes…

C’est sous les traits d’Amédée VIII (1383-1451), comte, puis duc de Savoie entre 1391 et 1440, qu’il est ici représenté : c’est en effet autour de ce personnage historique que se noue l’intrigue de Pas de ripailles pour Fanfoué, dans son château de Ripaille. A noter que les deux personnages se rapprochent sur un point essentiel : l’amour du bon vin !

La seconde dédicace vient également d’un album de Fanfoué, Tant qu’il y aura des tommes… La petite histoire qui introduit ce recueil de gags met en scène une chanteuse traquée par un paparazzi dans les alpages. Son nom : Mylène Ferveur !

Moi qui ai connu une époque farmérienne, je ne pouvais pas passer à côté ! Surtout que lorsqu’on regarde ses concerts, on comprend qu’elle puisse être source d’inspiration pour un dessinateur de pin-up. Alors c’est elle que j’ai demandé à Félix, et ce fut un plaisir, pour lui comme pour moi.

Mais il ne fut pas question que de cela durant ce festival. Il a aussi présenté des planches de son futur projet, qui se déroulera au Mexique, lors de l’intervention française entre 1861 et 1867. D’après ce que j’ai vu, et ce qu’il m’en a raconté, cela promet d’être grandiose. Merci Félix, pour ces bons moments. Malgré la neige, le vent et le froid. J’espère que d’autres viendront bientôt.

Félix et Mylène

Buc en Alpages

octobre 31, 2012

Ailes et Belles I

Elisapie

Explication du titre : j’ai assisté au festival de Buc, près de Versailles, pour retrouver un dessinateur que je n’avais pas rencontré depuis longtemps, Félix Meynet. Un de mes dessinateurs préférés, originaire de Haute-Savoie, au nord des Alpes où je me rends régulièrement (j’y reviendrai dans un prochain post).

Disons-le tout net, j’y suis allé pour lui, et ce ne fut pas une mince affaire, car les transports en Île-de-France sont parfois compliqués, suivant les destinations et les jours. Mais passons, ce n’est pas le propos.

Des problèmes de santé l’ont empêché de dessiner pendant plusieurs mois, et c’était en quelque sorte son retour. Moi qui possède presque tout ses albums, je ne manque jamais l’occasion de le rencontrer dans un salon ou une librairie. Alors, tout un week-end à Buc : banco !

Je suis donc arrivé Samedi avec quelques BD dans mon sac, sans savoir à ce moment-là qu’ils se limiterait à quinze dédicaces par jour. J’ai pris place dans la file, discutant avec les autres personnes, et improvisant une distribution de tickets. J’étais un peu stressé, car cette journée n’était pas consacrée qu’à la BD : je devais retrouver un ami au Stade de France pour assister à un match de rugby…

Mais finalement, il est arrivé, et là, il m’a « reconnu » : non pas qu’il se souvenait de mon nom, mais il se rappelait de mon visage, et m’a tout de suite serré la main. Autant le dire, j’étais flatté.

Sachant que je n’aurais qu’une seule dédicace, j’ai finalement choisi de lui tendre Ailes et Belles, un recueil d’ex-libris consacré aux anges. Je n’ai finalement pas résisté à l’envie de lui demander un ange en latex…

Le lendemain, après un voyage assez éreintant à force de détours, j’ai pu lui demander de me dédicacer le tirage de tête des tomes cinq et six de sa série Les Eternels, scénarisée par Yann. Et franchement, je peux dire qu’à nouveau ma bonne étoile a joué, puisque dans la file des quinze premiers qui allaient pouvoir le rencontrer, j’étais le quatorzième ! J’ai donc pu lui demander Elisapie, un des protagonistes les plus importants de l’histoire, comme vous pouvez le voir, évoluant dans la belle et sauvage nature canadienne !

J’espérais aussi voir Marc Bourgne mais, vaincu par la fatigue, je suis rentré. De toute façon, une autre rencontre avec Félix Meynet se profilait à l’horizon, et je ne manquerai pas de vous la conter bientôt.

Ma bonne étoile

octobre 29, 2012
le Feng

Tao, le Feng

le Banfoo

Krurgor le Banfoo

Oui, ce week-end là, j’ai vraiment eu de la chance : deux tirages au sort pour les séances de dédicaces d’Adrien Floch, deux tickets gagnants !

C’était à l’occasion du retour du festival Delcourt-Soleil à Bercy-village, en sommeil depuis quelques années. Quelques années auparavant, j’y avais fait mes débuts dans la dédicaces, avec Patrick Sobral, pour le cinquième tome de Les Légendaires. En quelque sorte, on pouvait voir cela comme un retour aux sources.

Deux tirages aux sorts, donc deux dédicaces : je vous présente Tao le Feng, et Krurgor le Banfoo, personnages issus de la série Les Naufragés d’Ythaq. Les Feng parcourent la planète Ythaq pour en rapporter les faits et gestes, ils en constituent la mémoire. Tao suivra Granite, Narvarth et Callista, les naufragés des étoiles tout au long de leurs pérégrinations, consignant leurs découvertes et allant de surprises en surprises. Krurgor, quant à lui, appartient aux Banfoos, peuple qui place la justice au-dessus de tout. Mais ses motivations à suivre le groupe sont beaucoup plus obscures…

Voila, merci Adrien pour ces deux beaux dessins, et pour cette belle rencontre. J’espère que d’autres viendront. En attendant, longue vie aux Naufragés d’Ythaq, en espérant que j’ai autant de chance la prochaine fois…

Rififi dans le riz cantonnais…

octobre 6, 2012
le geek et le guerrier

Albert et Wang-Lau

Un nouveau diptyque, mais pour une fois, il n’est pas de Kara. Il est signé Nacho Fernandez, dont vous avez déjà pu admirer les dessins sur feuilles qu’il a réalisé dans mon carnet.

Nacho m’a dédicacé son album Kunk-Fu Mousse lors de Paris-Manga 2009. Il n’y avait pas grand monde, j’ai donc pu lui demander qu’il me réalise un second dessin.

Cette série, il en était prévu trois albums, mais pour l’instant, seul le premier est paru en France. L’ensemble de l’histoire est disponible en Espagne, hélas pour moi, je parle espagnol comme une vache anglaise !

Saké

La ninja au saké

Et Dieu sait que j’attends avec impatience la suite des aventures de ce cuisinier chinois spécialiste du kung-fu débarqué à Paris, et qui va rapidement se retrouver au milieu d’une guerre des gangs entre triades chinoises et yakuzas.

Au programme, beaucoup de baston, un héros cachant quelque chose, une ninja implacable (quoi que…), deux mafieux chinois pas très futés, et un flic geek pour le coup pas du tout futé ! Mais vraiment, c’est le personnage le plus drôle, au point que c’est lui que j’ai demandé en premier à Nacho !

Muchas gracias, amigo ! J’espère que la suite paraîtra bientôt. A nouveau je lance un appel à la mobilisation : amis lecteurs, soutenez Nacho pour que son histoire soit rééditée, nos zygomatiques nous remercieront !

Une découverte

septembre 25, 2012

dédicace d’artbook

C’est sur un célèbre réseau social récemment mis en bourse avec le succès que l’on sait que j’ai rencontré Fabrizio Pasini, illustrateur italien spécialisé dans la pin-up. A son actif, plusieurs illustrations, et trois albums parus en France : Les 69 secrets à savoir sur les hommes, Les 69 secrets à savoir sur les femmes, et Axelle Parker, un humour de coquine.

Même si je ne l’ai pas encore réellement rencontré, j’ai quand même déjà de lui une dédicace, cette jolie noire. Elle orne le sketchbook que je lui ai acheté cet été.

J’aime ce style glamour et enfantin, qui donne à ses pin-ups un petit air mutin. Merci, Fabrizio, j’espère que nous aurons l’occasion de nous rencontrer prochainement.

Grazie mile !

septembre 8, 2012

Aline sous la douche

Que Cucca m’excuse, j’aurais voulu mettre cette dédicace en ligne plus tôt. Pour le remercier de la promo qu’il a offert au blog de votre serviteur sur facebook. La faute à une connexion capricieuse…

Vincenzo a procédé au vernissage de son exposition à la galerie 9è Art. J’en avais commandé le catalogue, la seule chose que je pouvais m’offrir… Et pourtant, que de belles choses étaient offertes aux yeux des visiteurs…

Surtout, j’ai eu la chance que les acquéreurs dudit catalogue aient droit à une dédicace. Comme vous pouvez le constater, je n’ai pas résisté à l’envie de lui demander à nouveau Aline, mon personnage préféré de Hot Charlotte, sous la douche

Rien que pour ce superbe dessin, grazie mile Vincenzo ! Mais cela ne s’arrête pas là ! Car évidemment, j’ai discuté avec lui et son traducteur, et j’ai p glisser dans la conversation l’adresse de mon blog, en précisant que les dédicaces qu’il avait réalisé pour moi au salon de l’érotisme d’Evian étaent en ligne. Et quelques jours plus tard, je m’aperçois qu’il a partagé le lien sur sa page facebook, m’offrant ainsi une nouvelle visibilité.

Grazie mile, Vincenzo ! Vivement la suite de Pandamonia et de Hot Charlotte ! S’il y a parmi mes lecteurs des personnes suffisamment motivées pour faire pression PAR TOUS LES MOYENS sur les éditions Glénat, qu’ils laissent ici leurs commentaires…

Cucca & Aline


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.